Référence
UCL, CERVA

Etudes sur les usages et ventes de produits phytopharmaceutiques

Les usages des PPP sont nombreux et variés, depuis les applications au champ dans un souci de protection des cultures, jusqu’au traitement des espaces verts privés et des jardins de particuliers en passant par la désinfection des silos. Ceux-ci concernent un large spectre d’utilisateurs potentiels (agriculteurs, particuliers, entrepreneurs de parcs et jardins ...).

En Belgique, les firmes phytopharmaceutiques sont tenues de déclarer, chaque année, au Service Public Fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, les données de ventes des produits phytopharmaceutiques dont elles détiennent l’autorisation.

Néanmoins, les données relatives à l’utilisation de ces produits, tout comme la répartition géographique de ces utilisations, ne sont pas connues avec précision par les pouvoirs publics. Raison pour laquelle, différents travaux de recherche sur la quantification des utilisations de PPP en Belgique et en Wallonie ont vu le jour ces dernières années.

Étude CERVA

Dans le cadre d’un programme de recherches réalisé en 2005 en vue de la préparation des rapports sur l'état de l'environnement wallon, le CERVA (Centre d'Etude et de Recherches Vétérinaires et Agrochimiques) a mis au point, pour les années 1995, 2000 et 2003, une méthodologie de calcul de répartition des quantités de substances actives utilisées en Région wallonne. La présente étude se base partiellement sur cette méthodologie de calcul.

L'étude peut être consultée en cliquant ci-dessous:

Cette étude a été financée par la Direction générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement (DGRNE) de la Région wallonne dans le cadre de la préparation des rapports sur l'état de l'environnement wallon.

Projet "Indicateurs Pesticides"

En ce qui concerne l’état et l’évolution de la situation en matière d’utilisation des produits phytopharmaceutiques (PPP), la cellule Comité régional PHYTO s’est vue confier depuis 2008 la mission de mettre à jour les indicateurs de l’Etat de l’environnement wallon relatifs à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques afin d’estimer de manière quantitative les utilisations de PPP par les différents secteurs d’activité en Wallonie.

Dans un premier temps, une clé de répartition des utilisations nationales et wallonnes de 44 substances actives (s.a.) sélectionnées de PPP (représentant la majorité des ventes de s.a. en Belgique entre 1992 et 2004) a été développée par type de produits (désinfectants du sol, fongicides, herbicides, insecticides, produits hors protection des plantes, traitements de semences …) et par type d’utilisateurs (agriculteurs, Infrabel, administrations publiques et  particuliers) sur base des chiffres de ventes nationales de s.a. sur la période s’étalant de 1992 à 2004.

En outre, les usages agricoles de produits phytopharmaceutiques ont été répartis pour les principales catégories de cultures emblavées en Région wallonne (prairies, maïs, froment, orge, autres céréales, betteraves-chicorées, lin, colza, pommes de terre, légumes de pleins champs, cultures sous serres, sapin de Noël, vergers). Cette clé de répartition a été soumise à un jugement d’experts et validée par ceux-ci. 

L'étude peut être téléchargée ci-dessous:

Parallèlement, des enquêtes de terrain réalisées en 2009 ont permis d’obtenir une estimation des quantités réellement employées de produits phytopharmaceutiques par type d’utilisateurs (administrations communales, particuliers, agriculteurs et autres utilisateurs) et par catégorie de cultures au sein de deux sous-bassins hydrographiques (le bassin du Pisselet et le bassin de la Dyle). Les résultats des enquêtes peuvent être communiqués sur base d’une demande auprès de crphyto@uclouvain.be.

Dans un second temps, une actualisation de l’estimation sur les quantités utilisées des 44 SA sélectionnées a été réalisée par catégorie d’utilisateurs et par catégorie de cultures pour la période comprise entre 2005 et 2010, de façon à obtenir des données comparables sur la série temporelle 1992-2010 à l’échelle wallonne et nationale. Parallèlement, une méthodologie a été mise au point afin de permettre l’extrapolation, à l’échelle de la Wallonie, des quantités de substances actives de produits phytopharmaceutiques relevées dans les échantillons annuels du réseau de la Direction de l’Analyse Economique Agricole (DAEA) pour les principales cultures agricoles et ce, pour la période comprise entre 2004 et 2009. En outre, une analyse comparative de ces deux approches (données de ventes fédérales et comptabilités agricoles de la DAEA) a été réalisée pour les principales cultures agricoles.

Les résultats de l’étude peuvent être consultés ci-dessous:

Au vu des exigences requises par les différentes institutions en termes de données liées à l’utilisation des PPP, il a été demandé à la cellule Comité régional PHYTO de poursuivre le travail de recherche accompli en mettant à jour les approches méthodologiques développées dans les travaux précédents. Cette demande s’est notamment traduite par une analyse détaillée de la répartition des données de ventes par type d’utilisateurs (professionnels et non professionnels) et par catégorie de substances actives (fongicides, herbicides…) pour les années 1995, 2005 et 2010 à 2015. Parallèlement, la méthodologie d’extrapolation mise en place dans les précédents travaux de recherche a été appliquée pour certaines cultures pour les exercices comptables de la DAEA allant de 2010 à 2015, de façon à obtenir des données comparables sur la série temporelle 2004-2015.

Pour en savoir plus, téléchargez les études ci-dessous:

Projet européen « Estimation des usages non agricoles des  pesticides en Belgique »

Une étude pilote visant à estimer les usages non agricoles de produits phytopharmaceutiques a été réalisée en 2004 par l'UGent et l'Université catholique de Louvain et a été financée par Eurostat. Cette étude propose une méthode de quantification des utilisations non agricoles de PPP en Belgique et délivre quelques résultats préliminaires sur leur répartition. Sur base de cette méthode ainsi que sur base des résultats issus d'études semblables réalisées en Europe (Italie, Lituanie, Lettonie et Roumanie), une méthode européenne pour établir les statistiques d'utilisation des produits phytopharmaceutiques en dehors de l'agriculture a été proposée à la Commission européenne.

Pour plus de détails, téléchargez l'étude ci-dessous: