1 mois 2 semaines ago

Période de nidification – concilier biodiversité et santé des végétaux

Image

Les arbres et les haies jouent un rôle écologique essentiel : ils structurent l’espace, constituent une barrière physique (érosion des sols, vent, occultation…) et des écosystèmes refuges. Notamment, les haies et arbres constituent un support de nidification pour l’avifaune et certains petits mammifères.

Pour protéger la biodiversité, il est important de ne pas perturber la période de reproduction et de nidification des oiseaux qui s’étend de mars à aout.

On évitera donc, lors de cette période, les travaux de taille, d’élagage ou d’abattage, qui peuvent engendrer :  

  • La destruction des branches porteuses pour les nids ;
  • La chute des nids avec les œufs qu’ils contiennent ;
  • La fuite des oiseaux qui abandonnent alors leurs œufs ou leurs jeunes.

Que dit la législation ?

Agriculture :

  • Via la conditionnalité agricole des aides PAC,
    • La taille des haies et des arbres est interdite durant la période de reproduction et de nidification des oiseaux, soit du 1er avril au 31 juillet ;
    • La destruction de particularités topographiques et des autres éléments fixes du paysage, tels que les bordures de champs, les talus, les fossés, les haies indigènes, les arbres indigènes en groupe, isolés, ou en lignes, les haies et les arbres remarquables inventoriés et publiés, ainsi que les mares, est interdite (excepté si un permis d’urbanisme ou à défaut, l’autorité compétente, l’autorise).
  • Dans le cadre de l’octroi d’une subvention pour la plantation d’une haie vive, d'un taillis linéaire, d'un verger ou d'un alignement d'arbres ainsi que pour l’entretien d’arbres têtards, selon l’arrêté du gouvernement wallon du 08 septembre2016 qui y est relatif, aucun épandage de fertilisant ou traitement phytopharmaceutique ne peut être effectué à moins d'un mètre du pied et sur les haies vives, les arbres et les arbustes cités ci-dessus, ceci y compris lors des travaux préparatoires. Il y a tout de même exception les trois premières années et, si nécessaire, pour un traitement localisé contre cirsium arvense, carduus crispus, cirsium vulgare, rumex obtusifolius et rumex crispus, ainsi qu'en cas de force majeure de rodenticides).

Autres secteurs et citoyens :

Actuellement, au niveau Wallon, il n’existe pas de législation qui s’applique aux autres secteurs ou aux particuliers interdisant une certaine période de taille ou d’abattage pour les haies et les arbres. Malgré tout, il est opportun de suivre les mêmes interdictions que celles qui s’appliquent aux agriculteurs dans tous les cas de figure (même non agricoles).

Sachez tout de même qu'en Wallonie, la perturbation et la destruction intentionnelles d’oiseaux sauvages, de leurs nids ou de leurs œufs durant la période de reproduction restent proscrites par la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature.

Pour protéger la période de reproduction des oiseaux nicheurs, on évitera donc dans tous les cas les travaux de taille, d’élagage ou d’abattage de mars à aout.

Concilier respect de la biodiversité et santé des végétaux

Dans un environnement favorable, les plantes auront à leur disposition lumière, eau et nutriments. Si ces apports sont optimaux, les végétaux se développeront mieux et résisteront naturellement mieux aux aléas de l’environnement (stress climatiques, agression de pathogènes...). 

Ainsi, assurer un apport adapté d’engrais/fertilisants, un équilibre hydrique adéquat et effectuer des tailles d’entretien au bon moment pour les arbres, permettra d’éviter le développement d’une partie des pathogènes et de ravageurs, limitant ainsi l’usage des produits phytopharmaceutiques. 

On attendra donc la fin de la période de croissance pour tailler les haies et les arbres, soit la sortie de l’hiver pour une première taille, puis l’automne, pour la taille de nettoyage. N’hésitez pas à demander conseils à votre pépiniériste. 

La taille consiste à : 

  • Couper les branches cassées, les bois morts et les branches disgracieuses ; 
  • Retirer les fleurs fanées. 

Il est donc possible de concilier biodiversité et santé des végétaux, en réalisant la première taille à la fin de l’hiver avant le début de la période de nidification des oiseaux, et la seconde à l’automne.