3 mois 3 semaines ago

Les substances de base au jardin

Image

Entretenir un jardin ou un potager n’est pas toujours simple. Plusieurs maladies et ravageurs peuvent s’attaquer à vos plantes, leur occasionnant des dégâts plus ou moins importants. La plus efficace des luttes est la prévention ! Toute une série d’actions peuvent être effectuées afin de contrôler naturellement les populations d’organismes nuisibles dans votre jardin. C’est ce que l’on appelle la lutte intégrée.

N’hésitez pas à consulter notre guide des bonnes pratiques au jardin pour vous informer sur le sujet.

Cependant, malgré les mesures préventives que vous aurez mises en place, il se peut que certaines maladies ou insectes ravageurs parviennent malgré tout à s’installer dans votre jardin. Si vous décidez de pulvériser un produit pour contrôler le ravageur, il peut être intéressant d’envisager un traitement avec une substance de base !

Comme définit sur le site phytoweb.be, les substances de base sont des produits commercialisés pour d’autres fins, comme des aliments ou des produits cosmétiques, mais qui peuvent également servir pour la protection des cultures. Elles peuvent par conséquent être utilisées pour lutter contre des maladies/ravageurs sur certaines plantes.

Pour être autorisée comme substance de base, la substance doit respecter quelques critères précis :

  • Elle ne doit pas être une substance préoccupante ;
  • Elle ne peut pas être intrinsèquement capable de provoquer des effets perturbateurs sur le système endocrinien, des effets neurotoxiques ou des effets immunotoxiques ;
  • L’usage premier de la substance n’est pas la protection phytosanitaire ;
  • Elle n’est pas mise sur le marché en tant que produit phytopharmaceutique.

Parmi ces substances, on retrouve notamment le sel de cuisine, la bière, le lait de vache, le vinaigre…

Sucre
Lait de vache
Ortie
Sel

Cependant, une autorisation comme substance de base ne signifie pas que la substance de base peut être utilisée dans n’importe quelles conditions !

Comme pour l’ensemble des substances actives utilisées dans le cadre de la protection des végétaux, les substances de base ont été testées dans un cadre précis, pour certains usages uniquement. Par conséquent, elles ne peuvent être employées que pour ces usages-là, précisant les ennemis contre lesquels on peut lutter, et sur quelles plantes.

Pour avoir une vue d’ensemble de ces usages, vous pouvez consulter notre liste des substances de base autorisées en Belgique. Si vous souhaitez employer l’une de ces substances, il faudra la préparer correctement. Pour cela, un lien vers l’acte d’autorisation belge et européenne de chaque substance est présent dans la liste. Vous y trouverez la ‘recette’ vous permettant de préparer votre produit en toute sécurité. Appliquer un produit à la bonne dose est indispensable pour préserver votre santé, celle des animaux visitant votre jardin et l’environnement de façon générale. Des applications excessives pourraient avoir des effets néfastes, même avec des produits d’origine naturelle.


Voici quelques exemples concrets d’usages adaptés des substances de base :

  • Lutter contre les limaces avec de la bière.

La bière, non diluée, a un effet limocide. Pour éviter que d’autres animaux (chien, hérisson, oiseaux…) n’y soient exposés, la bière doit être versée dans un piège couvert.

  • Lutter contre l’oïdium du pommier avec du talc.

Dilué dans de l’eau et pulvérisé sur le feuillage, le talc forme une barrière physique qui limite la propagation du champignon responsable de l’oïdium. L’application peut avoir lieu dès l’apparition des inflorescences.

  • Lutter contre le carpocapse des pommiers avec du sucre.

Une solution d’eau légèrement sucrée (saccharose) a un effet de stimulation des défenses des plantes envers ce parasite. Les pulvérisations doivent s’effectuer tôt le matin (avant 9h) et cesser une fois la moitié des fleurs ouvertes.

Quelques idées reçues sur les substances de base :

  • Utiliser des substances de base ne présente aucun risque.

C’est faux. Mal dosées, mal préparées ou mal appliquées, ces substances peuvent présenter divers risques pour l’environnement et les organismes non nuisibles. C’est pourquoi il est indispensable de consulter les informations d’utilisation complètes disponibles sur phytoweb.be avant d’employer une de ces substances.

  • L’eau de javel, les huiles essentielles et le savon noir peuvent être utilisés au jardin.

C’est faux. Ces substances ne sont pas autorisées au niveau européen comme substance de base. Elles ne peuvent dès lors pas être utilisées au jardin en tant que telles.


Si les méthodes préventives ne se sont pas révélées efficaces et qu’aucune substance de base ne peut vous aider à lutter contre la maladie qui touche vos plantes, vous envisagerai peut-être un traitement avec un produit phyto à usage amateur. L’usage de substances à faibles risques et de biopesticides devra alors être privilégié afin de minimiser l’impact du traitement sur la santé humaine, animale et sur l’environnement. Vous pouvez consulter la liste des produits à faible risque de notre asbl. Cliquez sur le numéro d'autorisation des produits pour en connaitre les usages autorisés, référencés sur phytoweb.be.

Une fois votre produit choisi, n’oubliez pas qu’une bonne lecture de l’étiquette est indispensable pour employer les produits dans les meilleures conditions possibles.

N’hésitez pas à consulter notre guide des bonnes pratiques au jardin ou la section destinée aux utilisateurs non professionnels de notre site web pour vous informer sur le sujet.