2 mois ago

Alterner les herbicides ayant des modes d’action différents ? Pour quoi faire ? et comment ?

Image

Pour utiliser les herbicides de manière efficace et adaptée, il est indispensable de connaitre leur mode de fonctionnement, aussi appelé « mode d’action ».

Plusieurs paramètres sont utiles pour caractériser les herbicides :

  • Leur zone de pénétration dans la plante
    • Les herbicides foliaires sont absorbés par les feuilles. Il sont donc pulvérisés sur les feuilles d’adventices déjà bien développées.
    • Les herbicides racinaires sont pulvérisés sur le sol. Une partie du produit est stockée dans les particules du sol et sera libérée petit à petit (en rouge et en vert sur le schéma), tandis qu’une partie sera directement dissoute dans l’eau du sol (en bleu sur le schéma), et disponible pour être absorbée par les organes souterrains des adventices.
  • Leur mobilité dans la plante.
    • Les herbicides de contact, comme leur nom l’indique, doivent être en contact direct avec les adventices visées pour être efficaces, car ils sont très peu mobiles dans la plante. Ces herbicides sont généralement utilisés en post-levée, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’herbicides foliaires. Ils entraînent des dommages des tissus végétaux autour des points d’impact et de pénétration, ce qui a pour effet de tuer les tissus verts.
    • Les herbicides systémiques sont des produits de pré ou post levée. Une fois absorbés, ils migrent depuis les points de pénétration (organes souterrains ou aériens) jusqu'au site d'action. Ces produits ne doivent donc pas nécessairement être en contact direct avec les adventices pour être efficaces.
  • Leur sélectivité
    • Les herbicides sélectifs ne ciblent qu’un groupe précis d’adventices. Ils peuvent ainsi être tolérés par une espèce végétale cultivée dans des conditions d’utilisation définies. Si ces conditions d’utilisation ne sont pas respectées (doses, nombre d’applications…), l’herbicide sélectif peut devenir non sélectif (risques de phytotoxicité sur la culture).
    • Les herbicides totaux ont une action sur l’ensemble des végétaux, sans distinction.

Outre sa pénétration et mobilité dans les plantes, et sa sélectivité, un herbicide est également défini par son efficacité. L’efficacité d’un PPP repose sur l’action générale ou spécifique qu’ont la ou les substance(s) active(s) qui le composent sur l’organisme nuisible visé, mais également sur le respect des conditions d’utilisation propres au produit, et des bons pratiques agricoles.

Les substances actives qui composent les herbicides sont des molécules chimiques qui appartiennent à des familles chimiques, caractérisées notamment par un mode d’action et un site d’action au sein du végétal visé. A noter que plusieurs familles chimiques différentes peuvent avoir un mode d’action similaire.

Les herbicides sont ainsi classés par mode d’action au moyen de nombres (anciennement de lettres), selon la classification internationale HRAC disponible ici

HRAC (2022)Ancienne classification HRACMode d’action
1AInhibiteurs de l’ACCase
2BInhibiteurs de l’ALS
3K1Inhibiteurs de l’assemblage des microtubules
4OMolécules imitant l’auxine
5C1,2Inhibiteurs de la photosynthèse PS ll – Serine 264
6 C3 Inhibiteurs de la photosynthèse PS ll – Histidine 215
9G Inhibiteurs de l’EPSP synthase
10H Inhibiteurs de la glutamine synthetase
12F1Inhibiteurs de la PDS
13F4 Inhibiteurs de la DOXP synthase
14EInhibiteurs de la PPO
15K3Inhibiteurs de la VLCFAs
18IInhibiteurs de la DHP
19PInhibiteurs du transport de l’auxine
22D PS l électron diversion
23K2 Inhibiteurs de l’oganisation des microtubules
24M Découpleurs
27F2 Inhibiteurs de l’HPPD
28none Inhibiteurs de la dihydroorotate déshydrogenase
29L Inhibiteurs de la synthèse de cellulose
30Q Inhibiteurs de la thioesterase d’acides gras
31R Inhibiteurs de la serine threonine protéine phosphatase
32S Inhibiteurs de la biosynthèse des caroténoïdes
33T Inhibiteurs de l’homogentisate solanesyltransferase
34F3 Inhibiteurs de la lycopene cyclase
ØZ Mode d’action inconnu

Les résistances des adventices face aux herbicides

Pourquoi ce classement des modes d’action des herbicides est super important ? Car plus un produit est utilisé, plus l’efficacité de la ou les substance(s) active(s) qui le composent sur les adventices visées diminuera avec le temps, en raison de l’apparition et de la propagation de mécanismes de résistances chez ces organismes ciblés. C’est ce que l’on appelle la « pression de sélection ».

Pour limiter l’apparition et la dispersion de résistances, alterner les produits n’est donc pas suffisant. Il est nécessaire d’alterner les modes d’action.

La classification HRAC permet de rapidement identifier les modes d’action des substances actives contenues dans vos produits pour adapter votre programme herbicide avec l’utilisation en alternance de produits classés dans des groupes différents. Pour bien comprendre l’apparition de résistances, voici deux scénarios : dans le premier scénario (A), deux produits différents sont alternés, mais ils ont le même mode d’action ( ☹ ). Dans le second scénario (B), deux produits herbicides ayant des modes d’action différents sont employés ( 😊 ).

  • Scénario A (un seul mode d’action) ( ☹ )

Les adventices noires présentent une résistance à un certain mode d’action (1A). A l’aide d’un traitement herbicide avec un mode d’action 1, les adventices sensibles au produit (vertes et jaunes) vont être détruites (2A). Les adventices noires vont survivre et fleurir. Les graines résistantes vont se disperser dans la parcelle. Les adventices résistantes (noires) seront alors plus fréquentes que lors de l’année précédente (3A). En seconde année, le même produit, ou un autre classé dans le même groupe de mode d’action, est réutilisé pour lutter contre les mêmes adventices. Les plantes sensibles vont être détruites, mais les plantes résistantes, plus nombreuses que l’année précédente, vont survivre (4A). Les graines de ces individus seront de plus en plus nombreuses, tout comme le nombre et la fréquence des individus résistants (5B).

Dans cette stratégie de lutte, la pression de sélection est très importante, car un seul mode d’action est utilisé. Dès lors, année après année, les adventices résistantes seront de plus en plus nombreuses dans la parcelle et les produits perdront de leur efficacité contre les adventices visées, rendant la lutte très compliquée.

  • Scénario B (deux modes d’action différents) ( 😊 )

Si une stratégie de lutte avec alternance des modes d’action est mise en place, les adventices devront être résistantes à plusieurs produits différents pour survivre.

Les adventices noires présentent une résistance à un certain mode d’action (orange). Tandis que les adventices jaunes présentent une résistance à un autre mode d’action (violet) (1B). A l’aide d’un premier traitement herbicide (orange), les adventices sensibles (en vert et jaune) vont être détruites (2B). Les adventices noires vont survivre et fleurir. Les graines résistantes vont se disperser dans la parcelle. En seconde année, les adventices résistantes (noires) seront plus fréquentes (3B). Un herbicide avec un mode d’action différent (violet) est appliqué sur la parcelle. Les adventices sensibles (vertes et noires) sont détruites (4B). Seules les adventices résistantes ont pu fleurir (jaunes). Les graines de ces plantes germeront en plus grand nombre la saison suivante (5B).

Grâce à l’alternance des modes d’action, la pression de sélection est moins importante. Dès lors, la population d’adventices sera plus hétérogène et l’efficacité des produits sera préservée plus longtemps.

L’apparition d’individus présentant de multiples résistances est nettement plus rare. Si de tels individus apparaissent et qu’ils ne peuvent pas être éliminés efficacement de manière mécanique, l’utilisation d’un produit avec un troisième mode d’action différent sera envisagée pour éviter la propagation de ces individus (6B).


L’un des défis de l’agriculture actuelle est de gérer au mieux l’apparition des résistances au sein des populations de végétaux indésirables, mais également au sein des population d’organismes pathogènes et de ravageurs. Retrouvez prochainement dans notre actualité un article complet sur les résistances des organismes nuisibles au produits phytopharmaceutiques et les méthodes alternatives disponibles actuellement.